Découvrez l’histoire du village fleuri d’Amou en vous baladant de ruelles en ruelles de la place de la Técouère à l’église Saint-Pierre en passant par les arènes. Vous pouurez aussi admier de l’extérieur le majestueux  château d’Amou classé Monument Historique et sa cour carrée.

Son nom  

Le  nom de ce charmant village viendrait de “Mor“ (de l’église de St Petrus de Mor citée dans le cartulaire de la Cathédrale de Dax de 1070). “Moura“ en gascon veut dire marécage, tout comme l’anglais “moor“. Amou s’est effectivement développé sur un site traversé par une rivière vagabonde, le Luy de Béarn.

Le blason, Amou que soy !

Au XVIIIème siècle, la réputation des seigneurs d’Amou leur était plutôt favorable, comme le montre le dicton “Bouns coum lous d’Amou ” (bons comme ceux d’Amou). Pourquoi la ville d’AMOU s’est-elle dotée des armes de la divinité romaine de l’Amour ? LABIENNUS, lieutenant de César, avait été conquis par le site et aurait laissé vagabonder son esprit chevaleresque en laissant prendre à cette terre le nom d’AMOUR qui se traduit par AMOU en gascon, le « r » ne se prononçant pas. Amou se situe au centre d’un terroir agricole sillonné de rivières paisibles, entre des coteaux verdoyants, avec comme toile de fond le massif pyrénéen. Le village est niché dans la verdure, entre deux rivières, le Luy de Béarn et le Luy de France. Elle a permis aux « bonnes eaux » de couler au centre du village dès 1846 : les eaux de sources de Lacazedieu (Lacazediou) étaient conduites sur la place de la liberté, devenue place St Pierre, par des tuyaux en bois de vergne.

Le marché

La création du marché d’Amou remonte à 1576, lorsque le roi Henri III concéda à la ville d’Amou un marché tous les lundis en remerciement des services que le seigneur d’Amou lui avait rendus. Ce marché fut maintenu le lundi pendant 4 siècles. Il a maintenant lieu le dimanche matin sur la belle place de la Técouère située au centre du village et arborée de magnifiques platanes centenaires. C’est aussi ici que se déroulent les fêtes locales du village en juillet et août (courses landaises, festival Chansons et Mots d’Amou).

Depuis 2008, des Marchés de Producteurs de Pays sont organisés sur la place de la Técouère en août. Ce sont des marchés festifs et nocturnes de 18h à 23h.

La place « Técouère »

L’étymologie viendrait du site : des petites hauteurs, ou “tucs“ en gascon, regroupées qui donnent le terme de “tucoêre” d’où peut-être “Tecouère“, ou encore “Aquaeare“, terre au bord de l’eau ou humide, ou encore autre chose... Elle est ombragée de magnifiques platanes centenaires dont les frondaisons abritent les arènes, le hall de la Técouère et le fronton de pelote basque, Amou ne se trouvant qu’à 3 km des Pyrénées Atlantiques.

Les arènes

 

Inscrites à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, elles ont été construites avec l’aide de bénévoles en 1954, sous la direction de l’architecte Prunetti. Elles portent le nom de Jean Lafittau, grand écarteur landais originaire d’Amou. 

Les arènes reçoivent tout au long de l’année des courses landaises. Ce sport traditionnel des gascons reste aujourd’hui encore l’évènement des fêtes de village. Les courses modernes datent des années 1830. La course landaise est un sport régional reconnu par le Ministère de la jeunesse et des sports. Elle est gérée par la fédération française de course landaise créée en 1953. La course landaise est toujours accompagnée de musique entrainante, le plus souvent d’origine ibérique.

Ce sont dans ces arènes aussi que vous pouvez assister à des festivals comme Festival Chansons et Mots d’Amou.

Le Château d’Amou

Construit en 1678 sur les plans de Jules Hardouin Mansart par Léonard de Caupenne, gouverneur de Bayonne et marquis d’Amou, ce château est toujours demeuré dans la même famille. Il est un bel exemple d’architecture classique du XVIIe siècle. Son avant corps central, surmonté d’un fronton triangulaire, est accolé avec harmonie et symétrie de bâtiments à fenêtres à meneaux. Le château renferme également une mosaïque gallo-romaine issue de la villa du Gleyzia de St-Sever. La cour carrée, ensemble de bâtiments de style régional, accueille des réceptions et manifestations diverses (mariages et concerts). Le château est inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.

Le château est ouvert uniquement aux groupes de 20 personnes minimum du 1er mai au 31 octobre sur réservation .

L’école Jeanne d’Arc

À l’emplacement des écoles publiques s’élevait l’ancien château d’AMOU dit «château vieux» dont la tour fortifiée est devenue le clocher de l’Eglise. Ce premier château de la famille de Caupenne  d’Amou fut détruit en 1569 par les protestants de Montgomery pendant les guerres de religion. Lui succéda le bâtiment actuel de style régional, reconstruit plus loin dans la même rue à partir de vestiges récupérables. Ce bâtiment rendit différents services : jusqu’à la fin du XVIIème siècle, il demeura la résidence des seigneurs d’Amou, qui étaient en outre gouverneurs de Bayonne. A partir du XVIIIème siècle, c’est-à-dire après la construction du château actuel, il eût diverses utilisations, dont notamment celle de siège de la gendarmerie. Au XIXème siècle, la famille de Claye y créa et finança une école qui eût beaucoup de succès et resta, jusqu’en 1912, l’école publique de filles d’Amou. Actuellement, le bâtiment est occupé par l’école Jeanne d’Arc, école privée.

 

L’église Saint-Pierre des Luys

Sa construction date du début du XIIème siècle. Une chapelle seigneuriale est accolée au flanc nord. Au XIVème siècle, une tour fortifiée est construite à l’Ouest. Il s’agit en réalité de la tour du premier château fort de la Famille de Caupenne d’Amou. Au XVème siècle, un collatéral est ajouté dans le prolongement de la chapelle seigneuriale. Au XIXème siècle, l’ensemble subit une importante phase de travaux : un collatéral est ajouté au sud, et des sacristies de chaque côté du choeur. Au début du XIème siècle, l’intérieur du bâtiment et l’extérieur du clocher sont entièrement rénovés. Un nouveau mobilier liturgique est installé. L’Eglise Saint Pierre est inscrite à l’inventaire supplémentaire des Monuments Historiques et le mobilier installé au début du XIXème siècle venant de l’abbaye de Saint Jean de la Castelle est classé Monument Historique au titre d’objets.

Maison Baightosse et ses dépendances

Avant d’être la gendarmerie de 1860 à 1970, cette maison de maître du XVIIIème siècle fut habitée par la famille d’un des maires d’Amou (fin du XVIIIème siècle et début du XIXème siècle). Cette superbe demeure restaurée abrite aujourd’hui les associations d’Amou (musique - danse -club du 3ème âge). C’est aussi un centre d’hébergement agréé pouvant accueillir 40 personnes de tout âge.

Maison Bertrand Ducournau

Amou est la patrie de Bertrand Ducournau (1614/1686), secrétaire de St Vincent de Paul. Sa maison natale, dans le bourg, s’orne d’une porte à linteau, fronton et de pinacles sculptés. Bertrand DUCOURNAU, fils de tailleur, enfant particulièrement éveillé, fut pris en charge par un excellent maître d’école. Il passa au service d’un notaire de Saint Jean de Luz puis de l’Evêque de Bayonne avant d’entrer à la maison Saint Lazare de Paris et d’y rencontrer Vincent de Paul. Il fut le seul secrétaire de Monsieur Vincent. À la mort de ce dernier en 1660, il devint vicaire général des Lazaristes et poursuivit l’oeuvre de Saint Vincent de Paul.

  • Découvrez l’histoire d’Amou grâce à notre application interactive 100 % gratuite : www.visite-amou.com
  • Faites l’incroyable chasse aux trésors TERRA AVENUTRA : Géocaching, « Dis-moi les mots d’Amou ». Laissez-vous surprendre par des découvertes inattendues ! Téléchargez l’application 100% GRATUITE sur Google Play ou App
  • Réservez votre visite personnalisée avec notre ambassadeur local et passionné, qui vous fera visiter le village par ses témoignages et ses anecdotes : Jean Jacques DARMAILLACQ, ancien maire de la commune. Sur Rendez-vous 2 à 6 personnes – GRATUIT - tél : 06 07 62 43 42.

 

          Renseignements à l'Office de Tourisme des Luys au 05 58 89 02 25.